Les conseils de Sylvie Laroche Armee du Salut pour travailler dans l'aide humanitaire
Lifestyle

Les conseils de Sylvie Laroche Armee du Salut pour travailler dans l’aide humanitaire

Garantir un emploi dans le secteur humanitaire peut sembler une tâche ardue. Avec des milliers de personnes talentueuses et intelligentes qui tentent d’entrer sur le terrain, les organisations humanitaires mettent de plus en plus l’accent sur la professionnalisation du secteur de l’aide. Elles recherchent des personnes capables de respecter les normes humanitaires et d’apporter des compétences utiles. Sylvie Laroche Armee du Salut donne des conseils en matière d’études à suivre pour devenir un candidat attrayant.

Développez vos compétences, nourrissez votre passion

Qu’il s’agisse de santé publique, de secours en cas de catastrophe, de protection des réfugiés, de gestion de projets, de finances, d’État de droit et de gouvernance, de sécurité alimentaire et de nutrition, etc. Les possibilités de travailler dans le domaine humanitaire sont vastes et variées.

Pour Sylvie Laroche Armee du Salut, les professions peuvent aller des soins infirmiers à l’informatique, en passant par les sciences politiques et le droit.

Les exigences varient également d’une organisation à l’autre, en fonction de votre domaine d’intérêt et de l’agence/ONG avec laquelle vous souhaitez travailler. Par exemple, l’unité de protection du HCR met fortement l’accent sur le recrutement de juristes.

L’importance du réseau professionnel selon Sylvie Laroche Armee du Salut

Après avoir décidé du type de travail que vous souhaitez effectuer, essayez de trouver des personnes qui occupent déjà un poste similaire. Cherchez-les sur Linkedin ou sur le site web des organisations avec lesquelles vous souhaitez travailler. Et essayez d’en savoir plus sur leur parcours professionnel.

  • Qu’ont-ils étudié à l’université ?
  • Ont-ils fait un stage intéressant ?
  • Ou une formation spéciale ?

« Il existe peut-être un moyen approprié de les contacter et de leur demander des conseils sur leur carrière » dit Sylvie Laroche. Certaines personnes travaillant dans le secteur humanitaire se souviennent peut-être des difficultés à mettre un pied dans la porte et pourraient donner des conseils à de jeunes collègues potentiels.

Aide humanitaire : Quels diplômes avoir?

Obtenir un diplôme de haut niveau est presque une nécessité dans le domaine humanitaire. La concurrence est féroce et un diplôme de premier cycle ne vous mènera pas loin. Une fois que vous êtes en concurrence pour un poste de niveau intermédiaire, si les deux candidats ont un niveau d’expérience similaire, le fait d’avoir un diplôme de master plus pertinent pourrait vous donner l’avantage.
Si vous n’êtes pas sûr de savoir comment vous spécialiser, vous pouvez toujours suivre des formations ou des cours de courte durée pour acquérir des compétences plus spécifiques et découvrir de nouveaux centres d’intérêt. Sylvie Laroche cite Coursera, Future Learn et edX proposent des certifications intéressantes pour les professionnels de l’humanitaire.

Acquérir de l’expérience pendant vos études

Bien qu’il soit important de posséder un diplôme de troisième cycle, le fait d’avoir une expérience pertinente peut l’emporter sur les résultats scolaires. La plupart des postes de débutant dans le domaine exigent une certaine expérience professionnelle. En choisissant un candidat potentiel, le fait d’avoir une expérience dans un rôle similaire augmentera toujours vos possibilités et peut faire la différence, que vous obteniez le poste ou non.
Une façon d’acquérir de l’expérience est de faire des stages. Mais obtenir un stage dans une organisation internationale ou une ONG peut être très difficile. Certains d’entre eux peuvent également exiger des lettres de recommandation de la part de professeurs. Veillez à entretenir votre réseau et à créer un vivier d’examinateurs potentiels. « Faites du bénévolat dans le cadre d’activités scolaires, participez à des débats et rédigez une thèse pertinente » dit Sylvie Laroche.

Pourquoi étudier des langues étrangères?

Comme les travailleurs humanitaires travaillent souvent dans les pays en développement, la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères est fortement recommandée. Décidez où vous souhaitez travailler et apprenez la langue locale. Les langues les plus demandées dans le secteur du développement sont le français, l’arabe, l’espagnol et, dans une moindre mesure, le portugais. Si vous envisagez de travailler en Amérique latine ou au Moyen-Orient, un peu d’espagnol ou d’arabe sera très utile pour compenser le manque d’expérience professionnelle.

Auteur

devs@iprotego.com